Kaleidoscope

Archive for the ‘polyglot’ Category

Heureusement qu’on déménage bientôt parce que la pédiatre que l’on a eu cette année n’a pas arrêté de nous faire chi*r.

D’abord, alors que les jumeaux n’avaient que 18 mois, elle a décidé de nous référer à de la “speech therapy” parce que les garçons ne parlaient pas assez de mots ! On a eu beau lui expliquer qu’ils sont exposés à 3 langues (français, anglais et portugais), qu’ ils sont jumeaux, que c’est normal que leur développement verbal se fasse plus lentement, que j’ai lu plein d’articles qui confirment mes affirmations, qu’en plus, étant enceinte de 7 mois, je n’avais ni le temps ni l’énergie de courrir à des rendez-vous inutiles aux quatres coins de la ville… Rien a faire. Elle nous a sourit d’un air condescendant, sans nous écouter, et quelques jours plus tard on reçoit un coup de fil du centre d’éducation orthophonique. Il a fallut que je réexplique toute la situation à la dame au téléphone ! Très irritant.

J’aurais bien aimé me passer des “services” de cette pédiatre, mais comme on voulait que les vaccins des enfants soient mis à jour cette année, nous y sommes retournés plusieurs fois… Chaque fois pour entendre les mêmes questions à propos de leur vocabulaire : “Combien de mots ils parlent maintenant?”. Au début je voulais être franche et racontais mes observations, mais je me suis rendu compte que mes histoires ne l’intéressaient pas.

Je suis consciente que leur développement verbal est “en retard”, mais je sais aussi bien que quand ils auront la motivation de communiquer avec d’autres personnes que leur maman, qui connait tous leurs besoins, les progrès seront plus notables. Pour l’instant, ils sont éveillés, sociables et savent se faire comprendre à leur manière. Ils adorent jouer avec les autres enfants  au parc ou à l’église. Ils aiment danser, chanter (juste!) et frapper dans les mains. Ça suffit pas tout ça pour des enfants de 2 ans ?

Quand Uriel nait en novembre, il est un mois prématuré mais en bonne santé, mis à part un peu de jaunisse qui est traité à l’hôpital. À son rendez-vous de 2 mois, la pédiatre trouve qu’il est encore un peu jaune… Pas étonnant c’est l’hivers et il y a trop peu de soleil, mais comme il mange très bien et qu’il est très éveillé ça ne m’inquiète pas. Ah non, mais il vaut mieux être sûr… Alors elle m'”ordonne” que j’aille lui faire faire des tests de sang. Que je laisse passer. Mon bébé chéri s’est assez fait piquer à l’hôpital pendant sa première semaine de vie. Je me contente de le mettre à la fenêtre dès que je vois une rayon de soleil à la maison. Traitement efficace, je suppose, puisque le mois suivant la pédiatre le voit “tout rose” !!!

Et pour terminer ce martyre, au rendez-vous de 6 mois d’Uriel (cette semaine), la pédiatre a trouvé qu’il était en retard dans son développement moteur. D’après elle, il ne tient pas sa tête assez haut quand il est sur son ventre et il devrait déjà faire des efforts pour s’assoir !!! Donc elle m’a référé à un physiothérapeute pour Uriel, sans me donner le choix. Je ne suis pas médecin et pourtant je sais fort bien que le développement moteur (ou verbal) se fait à un rythme différent d’un enfant à l’autre. Ne serait-ce qu’en comparent Elias et Natanael, ils avaient toujours environs deux mois d’écart dans leur développement moteur l’un avec l’autre. J’étais allée voir une physio avec Elias pendant plusieurs mois à cause d’une tension dans son cou et je me souviens qu’elle m’avait confirmé ce que je savais déjà : chaque enfant se développe à son propre rythme.

Anuncios

J’ai résisté pendant très longtemps à m’acheter un E-reader parce que je suis cheap et que j’aime (aimais) bien aller emprunter des livres (gratuits) à la bibliothèque. Néanmoins maintenant que j’ai trois enfants en bas âge cette sortie est devenue plus compliquée et donc moins régulière. Quand j’allaite Uriel j’ai réalisé que de jongler avec un gros bouquin est assez difficile. Tenir un livre et tourner la page avec une seule main n’est pas une technique acquise; le livre tombait, je perdais la page… Alors pour les fêtes de fin d’année j’ai craqué et me suis offert (euh, merci chéri!) un Kindle. Je n’ai pas regretté une seconde. Mon petit gadget m’a déjà permit de lire en tout comfort plusieurs romans (gratuits ou pas) et de m’initier à l’Esperanto (plus on parle de langues, plus on veut en apprendre, non?).

Autre occupation, moins intellectuelle, pendant l’allaitement du petit dernier est le visionement de films et séries télévisées (sans pub) avec Netflix. Je ne comprend pas pourquoi, mais dernièrement je regarde Dexter. C’est une série HORRIBLE qui me fait peur et pourtant ma curiosité l’emporte et je continue à visionner épisode après épisode. (Mon autre raisonement est que peut-être je suis tellement assoiffée de soleil que j’ai besoin de voir des images de Miami, même s’il y a du sang partout). Je sais pas si vous connaissez, mais la série Life (à Los Angeles) était quand même beaucoup moins morbide (mais j’ai tout vu).

J’ai résisté…

Je viens juste de terminer “Le Rocher de Tanios” d’ Amin Maalouf que je recommande vivement (l’auteur en a gagné le prix Goncourt 1993)… Roman historique comme j’affectionne, d’autant plus que l’action se déroule au Liban au début du 19eme siècle. Pays que je ne connaissais ni en vrai, ni en fiction. 

Voilà comment s’évader des tracas ordinaires, de cet hivers trop long, mais aussi de voyager dans l’histoire. Ça fait du bien.

La liste des prochains livre est longue.

Il y a “Native Tongues” de Charles Berlitz (le fondateur des écoles de langues) que j’ai trouvé dans ma librairie d’occasion préférée.  D’après les critiques c’est une bonne introduction à la linguistique avec un vocabulaire non technique, donc peut-être plus abordable pour moi qui suis plus intuitive que grammaticale dans ma connaissance des langues. On verra bien.

Puis je viens de commencer “Fragile Things” une collection de nouvelles de Neil Gaiman, auteur fantastique. Comme je suis “entre livres” et que je n’arrive pas à me décider quant à ma prochaine victime, cette collection est superbe: une petite histoire pendant la pause lunch au boulot, une autre histoire bizarre avant de m’endormir (quand je sens que vite, vite ça ne saurait tarder), etc. J’ai hâte d’aller voir Coraline au cinéma (ça vient de sortir par ici).

Quoi d’autre?

Nombreux guides pour préparer les vacances en France. La suite de Anne of Green Gables de L. M. Montgomery (les numéros 4, 5, 6, 7 empruntés à la bibliothèque). Inés del alma mía d’Isabel Alende que j’ai trouvé en V.O. pour pas cher; il faut bien commencer quelque part…

Oh! Et j’ai trouvé une vieille copie (toujours dans la librairie d’occase) du Second livre des amours de Pierre de Ronsard. J’ai ouvert le livre au pif et j’ai lu ça:

Qui veut sçavoir Amour et sa nature,
Son arc, ses feux, ses traits et sa pointure,
Quel est son estre, et que c’est qu’il desire,
Lise ces vers, je mèn vay le descrire.
C’est un plaisir tout remply de tristesse,
C’est un tourment tout confit de liesse,
Un desespoir où tousjours on espere,
Un esperer où l’on se desesper.
C’est un regret de jeunesse perdue,
C’est dedans l’air une poudre espandue,
C’est peindre en l’eau, et c’est vouloir encore
Prendre le vent, et desnoircir un More. (…)

Vous comprenez que, pour $3, je n’ai pu résister.


De todo un poco

expatriate blog-of-the-month-september.png