Kaleidoscope

Archive for mayo 2012

Heureusement qu’on déménage bientôt parce que la pédiatre que l’on a eu cette année n’a pas arrêté de nous faire chi*r.

D’abord, alors que les jumeaux n’avaient que 18 mois, elle a décidé de nous référer à de la “speech therapy” parce que les garçons ne parlaient pas assez de mots ! On a eu beau lui expliquer qu’ils sont exposés à 3 langues (français, anglais et portugais), qu’ ils sont jumeaux, que c’est normal que leur développement verbal se fasse plus lentement, que j’ai lu plein d’articles qui confirment mes affirmations, qu’en plus, étant enceinte de 7 mois, je n’avais ni le temps ni l’énergie de courrir à des rendez-vous inutiles aux quatres coins de la ville… Rien a faire. Elle nous a sourit d’un air condescendant, sans nous écouter, et quelques jours plus tard on reçoit un coup de fil du centre d’éducation orthophonique. Il a fallut que je réexplique toute la situation à la dame au téléphone ! Très irritant.

J’aurais bien aimé me passer des “services” de cette pédiatre, mais comme on voulait que les vaccins des enfants soient mis à jour cette année, nous y sommes retournés plusieurs fois… Chaque fois pour entendre les mêmes questions à propos de leur vocabulaire : “Combien de mots ils parlent maintenant?”. Au début je voulais être franche et racontais mes observations, mais je me suis rendu compte que mes histoires ne l’intéressaient pas.

Je suis consciente que leur développement verbal est “en retard”, mais je sais aussi bien que quand ils auront la motivation de communiquer avec d’autres personnes que leur maman, qui connait tous leurs besoins, les progrès seront plus notables. Pour l’instant, ils sont éveillés, sociables et savent se faire comprendre à leur manière. Ils adorent jouer avec les autres enfants  au parc ou à l’église. Ils aiment danser, chanter (juste!) et frapper dans les mains. Ça suffit pas tout ça pour des enfants de 2 ans ?

Quand Uriel nait en novembre, il est un mois prématuré mais en bonne santé, mis à part un peu de jaunisse qui est traité à l’hôpital. À son rendez-vous de 2 mois, la pédiatre trouve qu’il est encore un peu jaune… Pas étonnant c’est l’hivers et il y a trop peu de soleil, mais comme il mange très bien et qu’il est très éveillé ça ne m’inquiète pas. Ah non, mais il vaut mieux être sûr… Alors elle m'”ordonne” que j’aille lui faire faire des tests de sang. Que je laisse passer. Mon bébé chéri s’est assez fait piquer à l’hôpital pendant sa première semaine de vie. Je me contente de le mettre à la fenêtre dès que je vois une rayon de soleil à la maison. Traitement efficace, je suppose, puisque le mois suivant la pédiatre le voit “tout rose” !!!

Et pour terminer ce martyre, au rendez-vous de 6 mois d’Uriel (cette semaine), la pédiatre a trouvé qu’il était en retard dans son développement moteur. D’après elle, il ne tient pas sa tête assez haut quand il est sur son ventre et il devrait déjà faire des efforts pour s’assoir !!! Donc elle m’a référé à un physiothérapeute pour Uriel, sans me donner le choix. Je ne suis pas médecin et pourtant je sais fort bien que le développement moteur (ou verbal) se fait à un rythme différent d’un enfant à l’autre. Ne serait-ce qu’en comparent Elias et Natanael, ils avaient toujours environs deux mois d’écart dans leur développement moteur l’un avec l’autre. J’étais allée voir une physio avec Elias pendant plusieurs mois à cause d’une tension dans son cou et je me souviens qu’elle m’avait confirmé ce que je savais déjà : chaque enfant se développe à son propre rythme.

Nos trois enfants sont nés avec trois nationalités; deux par filiation (France et Brésil) et la troisième par droit du sol puisqu’ils sont nés au Canada.

En attente de notre éventuel “appel” au Brésil et de toute l’organisation fébrile qui va s’ensuivre pour le déménagement international, nous nous sommes occupés de toute la paperasse pour demander les passeports (brésiliens) de nos fils et ma demande de visa permanent. Une fois toutes les photos prises (oui, oui, photos des bébés obligatoires; bouche fermée sans sourire… Assez cocasse chez le photographe) et les documents assemblés, nous avons tous (parents plus les 3 bébés) fait le trajet jusqu’à Toronto deux fois. Journées épuisantes. Ceci fait, à ma grande surprise, l’attente pour les documents mentionnés a été assez rapide: les passeports et mon visa sont arrivés en moins d’un mois (peut-être 15 jours? D ne pouvait de toutes manières pas aller les chercher tout de suite). Je prévoyais une attente d’au moins trois mois pour mon visa (comme sité sur le site du consulat), mais comme D et moi avons été marié pendant plus de 5 ans ça a accéléré les choses !

Alors voilà, on peut partir demain si on veut ! Je suis tellement contente ! 😀

Et maintenant plus qu’à attendre avec impatience (surtout moi! D quant à lui est trop occupé avec tout ce qu’il lui reste à terminer avant la fin de ses études) le 26 mai. Date à laquelle notre sort pour les prochaines années nous sera révélé (ou pas — des fois il y a un contretemps entre la cérémonie et les finalisations avec la congrégation qui appelle un nouveau pasteur).

J’ai trop trop hâte de m’installer enfin dans mon chez moi.

Paperasse et autres réjouissances


De todo un poco

expatriate blog-of-the-month-september.png