Kaleidoscope

À vélo : Le Langhe vs. Niagara

Posted on: Viernes 22 junio 2007

Août 2002

Quand je suis arrivée à l’auberge de jeunesse de Torino, accompagnée de mon correspondent italien, nous avons fait connaissance d’une allemande bien particulière. Claudia voyageait à vélo depuis sa ville Köln (~Cologne, Allemagne) en destination de Firenze (~Florence, Italie) où elle allait étudier pendant quelques années. Je ne me souviens pas très bien de son itinéraire si se n’est qu’elle n’était pas passée par la Suisse ou l’Autriche, mais avait préféré traverser la France ; peut-être que passer à travers les alpes françaises est plus simple? Elle m’avait bien décrit avec un grand lyrisme les fromages qu’elle avait dégustés et dont l’odeur avait embaumé ses sacoches. Elle voyageait léger : ses sacs à vélo ne contenait que du dentifrice, sa brosse à dent, et du savon pour elle-même et le linge. Je pense qu’elle avait aussi une carte de crédit et son passeport !😉

Pour se souvenir de ses périples, elle écrivait un journal. Pourtant, même ce journal n’était pas comme les autres, c’est son vélocipède, Numero Sette, qui était le narrateur. Numero Sette portait ce nom car apparemment Claudia s’était fait voler son vélo six fois dans la ville de Köln. Celui-là, le numéro sept, elle l’avait trouvé d’occasion, remis en forme, et maintenant il faisait son plus grand voyage! Il était bleu, très simple, seulement 3 ou 6 vitesses, mais entre vous et moi, qui en a déjà utilisé plus que ça ?

Le Langhe, Piemonte, Italia

Juin 2007

Ce matin je n’ai pas traversé la frontière, ni traversé les Alpes, mais comme chaque matin j’ai enfourché mon vélo rouge pour aller au travail. Les paysages sont loin d’égaler la région viticole delle Langhe. En fait, mon trajet quotidien est vraiment moche en comparaison, mais bon on fait avec ce qu’on a.

Là où dort mon vélo que je n’ai pas encore nommé!
Je longe la Queen Elisabeth Way (QEW) tous les matins. C’est l’autoroute qui relie Toronto-Niagara Falls-Buffalo.
Le feu de circulation le plus long du monde. Sérieux je crois qu’on y poireaute au moins 5 grosses minutes…
On y est presque. À l’horizon vous pouvez voir le skyway (l’autoroute traverse le canal).
Remarquez la pelouse bien taillée! Ce que vous ne voyez pas et qui me met en colère (!) est que le propriétaire ne s’est pas donné la peine de planter quelques arbres… Après tout nous ne somme “que” dans une zone industrielle! Argh!

Comment se fait-il qu’il y ait amplement d’espace goudronné pour les chars à combustible polluants mais seulement de la tuyauterie pour garer son vélo? (Le meilleur moyen de locomotion pour l’homme après le cheval!)

Cet article est en quelque sorte une réponse aux itinéraires quotidiens de Pauline et Olivier (dont je n’ai pas encore retrouvé l’article, ça viendra!)

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

De todo un poco

expatriate blog-of-the-month-september.png
A %d blogueros les gusta esto: