Kaleidoscope

Archive for abril 2007

Rhô là là… Par un temps splendide hier (tout à coup c’est l’été, il fait 20°C dehors), nous avons prit l’autobus pour aller au Consulat de France à Toronto pour que je vote.

On avait une autre activité de prévue ici au séminaire en matinée, mais on a filé à l’anglaise aussitôt que possible pour sauter dans l’bus, après que D ai chanté avec la chorale. Suite à une heure et demi de trajet, on arrive au Consulat et … suprise, surprise! Il y avait 3 files d’attente pour un total de une heure et demi (certains disaient 1h45) de poireautage! Bon, première étape il fallait aller chercher son numéro… à mon avis ils auraient pû sauter ça en nous l’envoyant pas la poste, hein. Ça n’a duré que 20 minutes, mais mon nos estomacs gargouillaient et on avait déjà mal à la tête, alors on a décidé de revenir après avoir mangé quelque chose.

Je pense que cette désorganisation en a bien découragé quelque indécis! Je voyais des familles arriver avec leur bambini, d’autre pitious qui pleurnichaient… Enfin, c’était quand même rigolo d’entendre parler français autour de nous (avec un accent français, pas canadien!). Un monsieur a même dit à D: “Vous avez un accent du Sud vous, vous venez d’où?”. Ça m’a fait bien rire parce que quand Don Quixote à répondu que “Non pas du tout, moi je suis brésilien!”, et moi de dire qu’en fait c’est moi qui est grandit proche de Toulouse… Le monsieur savait plus quoi dire! Hi hi!

Bref, il en faut de courage pour voter à l’étranger!

Anuncios

J’en ai déjà parlé brièvement précédement, mais la présidentielle pour moi cette année est un grand évènement parce je vais enfin pouvoir mettre en action mon droit de vote français! Pour la première fois!

Au Consulat de Montréal, ils avaient oublié mon nom, mais pas celui de mon frère qui est plus jeune que moi. Quelle honte! Quel scandale! Quelle infamie! D’ailleurs, je sais pas si c’est ma famille ou quoi, mais on a vraiment un problème avec les consulats… À Toronto j’y étais allée pour d’autres démarche en mai dernier où on m’avait demandé si je voulais être sur les listes électorales, j’avais dit “oui”. Ensuite en novembre je reçois une lettre me disant que je n’étais pas sur les listes électorales et qu’il fallait que je me présente en personne pour le faire avant la fin décembre. J’avais pas le temps de me prendre une journée de congé (non payé) pour ça, je me suis dit “tant pis” (et “merde alors!”). Finalement au mois de mars je reçois la bonne nouvelle qu’en fait puisque je suis inscrite sur les listes (ah bon?), je suis prié d’aller voter pour le président. Hé bé, c’est pas triste. Ma mère qui vit à Buenos-Aires, m’a raconté que la même chose lui ai arrivé, et qu’à mon père aussi (qui est en Afrique). Du coup, je suis pas sûre qu’ils aillent voter, eux… Alors ben moi, je vais être bien contente samedi de prendre l’autobus pendant une heure et demi pour aller voter au Consulat de Toronto (et j’apporterais aussi la lettre qui me dit solemnellement d’y aller, on sait jamais!).

C’est la première fois de ma vie que j’ai prit autant intérêt à la politique. Jusqu’à récemment je faisais partie de la bande d’ignorants qui affirmait haut et fort que les politiciens étaient tous des cons, des menteurs, des hypocrites, etc… Je me souviens de ces élections municipales à Montréal où nous étions aller voter en famille avec mon frère et mon père (ma mère ne voulait pas encore être canadienne). Tous les trois sans aucune idée pour qui voter, mais l’important comme on dit c’est de participer! Le choix était difficile: Monsieur Cauchon (quel nom rigolo!) ou le Parti Marijuana (au moins on sait ce qu’ils veulent!)?

Néanmoins, j’ai prit mon choix au sérieux cette année parce que la France a vraiment besoin d’une politique qui aide un peu à changer les choses. Le chômage chez les “jeunes” est effrayant. J’ai une cousine qui n’a pas fini ces études alors qu’elle avait bien commencé dans un collège technique (pour s’occuper des chevaux, c’est ça passion). Je ne sais pas a qui est la faute, mais je pense que le système scolaire français est trop rigoureux, trop élitiste. Pourquoi est-ce-que quelqu’un qui veut ouvir un gîte à la ferme aurait besoin de diplômes niveau Bac français?
Avant de déménager au Canada, il y a plus de dix ans, j’avais commencé le lycée en “option musique”. Le seul moyen pour moi d’avoir des cours de musique parmis mes cours de lycée avait été de m’inscrire dans un lycée où j’étais pensionnaire. Les “musiciens” avions tous les cours généraux, dont la chimie, les maths et la biologie… Inutile de spécifier que nos résultats étaient accablants dans ces matières, et en contrepartie nous n’avions même pas assez de temps pour pratiquer notre (ou nos) instrument/s. Tout cela était bien différent quand je suis arrivé ici (but this belongs to another post).

Et puis, comment se fait-il qu’il y ai si peu d’étudiants qui travaillent en France? Ah mais oui, “pas le temps” parce-que forcément avec des horaires scolaires bourrés à craquer avec des cours qui ne servent qu’à se farcir le cerveau, y’a pas l’temps d’avoir une job à côté! Et l’école de la vie alors? Et puis y’a aussi le problème des contrats, les employeurs et tout ça… C’est pas très souple le marché du travail en France, hein.

Un autre truc qui m’enrage un peu en ce moment ce sont celles qui me disent qu’elles votent pour Ségolène parce qu’il nous faut une femme présidente… Désolée, mais cet argument ne fait aucun poid chez moi, je suis une femme, et féminine, mais certainement pas féministe. Si on veut que les femmes et les hommes soient égaux, alors pourquoi les femmes veulent échanger de “rôle au pouvoir”?
Après mettre mariée au Québec, je voulais porter le même nom que mon mari. Et bien non! Je n’avais même pas le droit de choisir. Quand en arrivant en Ontario j’ai finalement changé, une tante (féministe) s’est écriée que “tant de femmes se sont battue pour cette cause” (blablabla). Pourquoi devrais-je porter toute ma vie le nom de mon père (de fait) plutôt que celui de mon mari (par choix)? Donnez-moi plus de droits si vous voulez, mais ne m’en enlevez pas. Merci.

Bon, je crois que je vais m’arrêter là parce que sinon je vais m’enflammer! Et bien sûr il y a d’autres sujets d’actualité tout aussi importants (sinon plus!) qui m’ont convaincue que samedi je vais voter pour la personne qui a le même point de vue que moi.

Au fait, je ne suis pas supposée révéler pour qui je vote, parce qu’un vote c’est secret hein, mais je suis bien décidée (contrairement à 38% des français d’après un article du Paris Match n°3018).

Ce mois-ci se sont joints à moi à ce même propos mes fellow bloggeurs: Laurent, Olivier, Hervé, Bergere, Ervalena, Bertrand, Isabelle, Nathalie, Jojo, Jean-Marc, bluelulie et hibiscus.


De todo un poco

expatriate blog-of-the-month-september.png