Kaleidoscope

Archive for diciembre 2006

The following is a forward that I got from hubby who got it from a friend, who got it from (etc.)… How the Quebecers are perceived by the rest of the Canada (and the world?).

In a busy Parisian cafe, a tourist is sitting alone, enjoying a crème caramel. Another tourist approaches:

– Me sit here?

– No problem…

– Thank you, very nice…

– Are you on vacation?

– Me, I arrive yesterday…

– What country are you from?

– Norway. You?

– From Quebec.

– Quebec? Me not know Quebec…

– Quebec … near the Atlantic, next to Ontario, the Great Lakes…

– No, me not know these places.

– Never mind then, I’m from Canada…

– Ah! Canada! Canada I know! So why you tell me you come from Quebec?

– Because, my first country is Quebec!

– Oh, you were born in Quebec and immigrated to Canada….

– No, no, I was born in Quebec and I stay in Quebec…

– Oh, then your father is from Canada?

– No, no, my father, my mother, my wife, my dog, everybody, they come from Quebec….

– So why you say Canada?

– For Christ sake, because you say you don’t know where is Quebec!

– OK, but if you say you not know Norway, me I not say that my country is Japan…

– Canada isn’t Japan. Canada, it’s my country.

– Oh, your country not Quebec anymore?…

– My country is Quebec. But my country, it can be Canada too, if the person I speak to not know where is Quebec, Tabarnak!

– Me not understand…

– Look, it’s simple: I come from the Province of Quebec, in the country of Canada.

– Ok! But me not ask you what province you’re from, I ask you what country.
Me, I come from Lofoten region in Norway, but I answer you Norway when you ask me what country I come from…

– I know, I’m not stupid, Câlisse! But me, when they ask me what country I come from, I answer Quebec. Even if it’s the name of my province. For me, it s my country.

– Oh, now I understand. You are a separatist, you want your Quebec province to be your country…

– Are you crazy, Hostie? I don’t want to know nothing from that!

– Me, I not understand anything anymore.

– I tell you before, it’s simple! You ask me what country I come from, I answer Quebec because Quebec is my country, but I don’t really want it to be my country, it would be too much trouble. I just want to say it. So, why don’t you just let me say it?

– Me all mix up. You have passport from what country: Quebec or Canada?

– CANADA, Hostie!

– So why you not tell me Canada right away?

– Because it don’t feel right. For me, Canada is Anne Murray, the Calgary Stampede, the Mounted Police, SARS, it’s not my home all that. Home, it’s La Famille Plouffe, Saraphin Poudrier, La P’tite Vie, Felix Leclerc, La Poutine, Les Canadiens de Montreal, Les Bougons… Do you understand???

– Less and less…

– Listen , forget all that shit. Ask me another question.

– Ok, what town you come from?

– Mmm…, I don’t know anymore…

– You not know what town you come from?

– Yes, yes, I know what town I come from, but my town it merge with another town, but soon it is going to demerge from the town that was supposed to be my town…

– Oh, that very complicated! When you write your address, what do you write?

– I don’t know anymore. Before, I used to write Hull, but Hull changed to Gatineau, but they tell us to wait 3 years before stopping to write Hull to not mix up the mailman. But now, the Liberals they pass a law that make it ok for Gatineau to be Hull again, but I don’t know if we have to wait 3 years to be able to write Hull, or when the 3 years are passed, if we have to write Gatineau for 3 years, and after we write Hull. Unless, of course, the PQ come back in power and we remerge with Gatineau, then we’ll have to write Gatineau for 3 years. I leave now; I have hurt in my head… It’s so simple Tabarnak: My town is Hull, my country is Quebec. But if you prefer, my town is Gatineau and my country is Canada.

– OK, I think I understand!

– It’s about time. Anyway, it was fun talking to you, if you come around where I live; maybe you come and see me…

– OK, but where? Hull in Quebec or Gatineau in Canada?

– You’re a pain in the derriere. Forget the whole thing…

…. and so it goes, the portrait of Quebec!

Anuncios

Je me suis laissée séduire par le tourbillon d’un évènement bloguionesque qui s’appelle “La Redac’ du Mois”. Le 15 de chaque mois, Olivier envoie le sujet choisi à sa liste de blogueurs francophones internationaux et enthousiates pour que les lecteurs se réjoissent d’un traitement textuel magnifiquement rédigé (ça change des memes, hein!).

Bon, pour ce mois-ci j’suis en retard, mais comme ce sujet est celui qui m’a donné envie de faire partie du cercle (hmmm) littéraire (?), ben j’me lance dans le vent!

Rencontres par internet

Tout a commencé en 1999. Quelques année plus tôt, mon père m’avait persuadée que l’internet était la “communication du futur” et qu’il me fallait a tout prit une adresse email. Comme c’était gratuit et que je suis curieuse, j’avais donc cette adresse email sans l’utiliser souvent… Disons aussi que je n’avais pas encore apprivoisé le clavier (à la place du stylo/plume!), ni l’écran (à la place du papier!), ni la machine (qui ronronne!) et en plus on avait la connection dial-up qui occupait la ligne de téléphone, alors il fallait se dépécher… Bien emmerdant.

En ’99, l’année où j’ai reprit des cours d’allemand à l’Université McGill (c’était avant que j’étudie au Conservatoire), je rêvais d’aller passer quelques mois en Allemagne pour prouver mes connaissances de la langue qui m’avait fait suer en classe pendant 7 ans. J’avais besoin d’une motivation alors j’ai pensé à trouver un(e) correspondant(e) qui aurait les même intérêts que moi (musique, langues, bouquins) et dans la même tranche d’âge… C’est grâce à un forum du site de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (Deutsch-Französishe Jungendwerk) que j’ai contacté Amelie aus Mannheim, une amie que j’allais rencontrer plusieurs fois par la suite.

Quelques mois plus tard, j’ai laissé mon profil dans un des sites gratuits pour trouver familles d’accueil ou filles Au Pair (Au Pair World, Find Au Pair, etc.) et vers le mois de juin 2000, quand je perdais l’espoir de partir, en l’espace de 2 semaines j’ai été contacté par la superbe famille qui m’a ensuite hébergé pendant 2 mois, j’ai acheté mes billets d’avion et me suis retrouvée en terre inconnue! Le comble c’est qu’ils habitaient proche de Frankfurt-am-Main qui est dans le même coin que Mannheim (environs une heure en train)! Donc dès ma première journée de congé, je suis allée faire la connaissance d’Amélie et sa famille qui ont un piano à queue dans leur salon, et pour qui je suis vite devenue « die Karmen aus Kanada » (hihi).

Avec Amélie notre amitié ne s’est pas arrêtée à cette rencontre, à la fin de mon séjour en Allemagne nous sommes allées visiter München pour un week-end. L’année d’après c’est elle qui est venue me visiter à Montréal et nous sommes allées faire un p’tit tour du Québec ensemble pendant quelques jours. Puis l’été suivant je suis retournée travailler comme Au Pair en Allemagne pendant 2 mois, mais à Bad Schwartau cette fois-ci, proche de Lübeck dans le nord du pays. Ça ne m’a pas empêché d’aller visiter Amélie et ses parents plusieurs fois… Ils m’ont même payé le billet de train pour que je puisse aller chanter à l’anniversaire du père! Cool! En 2003, Amélie est revenue au Canada, mais elle est restée plutôt dans la région d’Ottawa. Elle était présente à mon mariage.

Il faut quand même que je rajoute que la deuxième famille d’accueil je l’ai aussi trouvée via un des sites pour Au Pair, et que je suis une fois de plus très bien tombée. Après les deux mois chez eux, je suis allée visiter l’Italie et là j’ai rencontré un correspondant italien très sympa, Luciano di Torino… que j’avais aussi contacté en répondant à son annonce dans un forum. J’avais été sa seule réponse!

*Edit* J’ai failli oublier de raconter une rencontre un peu moins charmante… Ben oui, internet c’est pas juste des gens géniaux, sensibles et sympas qui l’utilisent. J’ai aussi rencontré en vrai un correspondant qui était moins sympa, Constantino di Roma… C’est lui qui m’avait contactée, sûrement via un quelconque forum, mais je m’en souviens plus. Quand je suis arrivée à Rome (seule), il m’avait demandé de le téléphoner pour qu’on se rencontre, ce que j’ai fait le lendemain de mon arrivée puisque le soir même j’étais fatiguée (après 5h ou 7h de train c’est compréhensible, non?). Au point de rendez-vous (il m’avait décrit ce qu’il porterait, on n’avait jamais vu de photo l’un de l’autre), il parlait sans arrêt sur son portable alors je n’osais l’interompre pour lui demander “scusi, sei Constantino?”... Quelques 20 minutes plus tard, il s’arrête (enfin!) de parler pour regarder autour de lui et après un bref échange de salutations, il m’engueule presque de ne pas être venue vers lui, de ne pas l’avoir appelé le jour même de mon arrivée, et de ne pas avoir de portable pour être joignable en tout temps! (et dans ce cas, moi je pensais déjà qu’ heureusement j’en ai pas!). J’avais envie de m’enfuir en courant, mais bon je suis diplomate et je me disais qu’il avait peut-être eu une mauvaise journée… En fait j’aurai dû m’enfuir parce que la soirée était un calvaire… C’était pas l’enfer, mais je me suis emmerdée à mourir. Innutile de préciser que je ne l’ai jamais rappelé (bien qu’il me l’aie demandé!).

Voilà pour mes rencontres qui sont devenues « réelles ». Sporadiquement je participe aussi aux forums dans le site Travellerspoint où les voyageurs échangent des tips, des idées ou des conseils de globe-trotters, mais je ne suis jamais allée dans une de leur réunion.

Même si ça ne touche plus le sujet « rencontre », je dois dire que j’ai fait un long chemin depuis le temps où je me méfiais de l’ordinateur… Les emails (il faut dire courriels en français il parraît, sorry!) est le moyen de communication principal avec ma famille répartie aux quatre coins de la planète… Sans ça, je ne sais pas comment on garderait le contact.
Dernièrement j’aime beaucoup discuter avec mes amis (France, Espagne) et la famille (Brésil, Argentine) via MSN Messenger. Ils nous voient en direct à travers la webcam, et ils nous entendent (à chéri et moi) sans aucun problème d’écho ou d’une facture téléphonique juteuse!

Pour l’instant peu savent que je tiens un blog. Peut-être parce que comme certains blogueurs, je sens que je n’ai pas souvent été très bien écoutée par mes parents (ou misinterprétée). Donc vous, les lecteurs, vous êtes en quelque sorte des privilégiés! : )

J’ai pas vraiment de conclusion conclusive (héhé) mais je crois qu’il y a un cri qui me sort du gosier: VIVA INTERNET!


De todo un poco

expatriate blog-of-the-month-september.png